2010/2020 2000/2010 1990/2000 1980/1990 1970/1980 1960/1970 1950/1960
LES ROOTS

Photo: Peter Viertel attablé devant le spot de la côte des Basques.

 

Bien avant 1957 : On jouait dans les vagues sur la Côte Basque, la glisse était pratiquée bien avant l’apparition du surf tel qu'il est connu aujourd'hui.

Déjà, à l’époque de la pêche à la baleine, on y voyait des traînières utiliser les déferlantes et utiliser l'énergie des vagues pour se déplacer vers le rivage. Dès le XIXème siècle, à l’époque des Bains de Mer, les baigneurs téméraires ont rapidement adopté la nage dans les vagues. Plus tard, certains se sont construit un « planky » (planchette en bois  contreplaqué recouvert de vernis recourbée), pour améliorer leur glisse sur la vague dont le spot de prédilection de cette époque est le Miramar ( dans prolongement de la grande plage) sous l'oei bienveillant du phare de Biarritz.

1957

Photo: La tribue des tontons surfeurs au grand complet.

La tentative la plus proche du surf, avant la date officielle, émane de Jacky Rott en 1952, qui fabriquait déjà des plankys distribués dans les bazars de plage. Après avoir vu un documentaire sur Pearl Harbor, Jacky découvre quelques secondes d'images sur le surf  à Hawaii. Il essaie de construire une planche pour la tester dans les vagues et réalise une sorte de «planky long». Il ne pouvait imaginer qu’il y avait un aileron sous la planche et surtout qu‘il fallait de la paraffine pour ne pas glisser. Il s’avère ainsi impossible de maîtriser l’engin dans les vagues et encore moins de se mettre debout.

Les débuts sont épiques mais la passion s'installe : en 1958, Michel Barland, parallèlement à son activité d’ateliers mécaniques à Bayonne, se lance dans la fabrication de planches : une première toute en bois avec des rivets, une seconde surnommée le "bidet flottant" faite de peinture et de résine. Hennebutte, quant à lui, crée un modèle gonflable. Après la gaze antidérapante qui arrache le ventre, le liège qui boit l’eau, c’est finalement la paraffine qui devient le produit idéal pour ne pas glisser.

DE 1957 A 1960

Les boys du waikiki surf club en patrouille...

 

1956 : C’est à l’occasion du tournage du film « Le Soleil se lève aussi » tiré du roman d’Hemingway, que les Californiens Peter Viertel et Dick Zanuck viennent à Biarritz. Surfeur, Dick, après avoir été fasciné par les vagues de la grande plage qu'il regardait déferler depuis les terrasses de l'hôtel du Palais, fait venir une planche de surf de Californie. En Août 1956, alors que Peter s’essayait un instant sur le sable de la Côte des Basques en compagnie d'Ernest Hemingway et de Monsieur Bladinaire (président de la Fédération Française de Motonautisme), avec une planche non paraffinée, il glisse, et la planche part seule dans la vague. En arrivant au bord, l'avant se casse. Il remonte la planche sur la plage et s’inquiète de ne pouvoir trouver le moyen de réparer sa planche en polyester. Georges Hennebutte, (dit Géo Trouve-tout), pionnier de l'utilisation des stratifiés, se propose de réparer la planche et se lie d’amitié avec Peter.

Ainsi, en septembre 1956, Georges Hennebutte, 47 ans, et Peter Viertel, 37 ans, surfent leurs premières vagues à la Côte des Basques.

Jacky Rott prend les cotes de la planche de Viertel et en fait 2 répliques en balsa.

En juin 1957, Peter Viertel revient, fort de quelques sessions en Californie, avec trois  planches. Il en confie une à Joël de Rosnay en vacances sur la côte, le premier «grommet» de l’époque qui fait de rapides progrès.

A la fin de l’été 1957, la Côte Basque compte désormais 4 surfeurs assidus : Peter Viertel, Georges Hennebutte, Jacky Rott et Joël de Rosnay, tandis que les plus jeunes s’amusent à récupérer les planches perdues avec le droit de faire une tentative… Ainsi a commencé le surf en Europe.

Ils vont constituer le carré des pionniers du surf en France et, bien plus tard, prendront le nom des "tontons surfeurs" : Jackie Rott, Georges Hennebutte, Michel Barland, Claude Durcudoy, Joël de Rosnay, Paul Pontdepeyre, André Plumcocq, Robert Bergeruc, Pierre Laharrague, Joseph et Jo Moraïz, Bruno Reinhardt, J. Bichuet, Jean Brana et Henri Hiriart.

Les Biarrots et les touristes découvrent alors le spectacle insolite de ces hommes glissant sur les vagues, au large de la Villa Belza et le 11 Septembre 1957 « le Journal de Biarritz » quotidien de l’époque, publie le premier article de presse sur le surf.

1